40 Connectés
87061 Membres
275079 POEMES
Poème

Liens sponsorisés:

Auteur du poème : Nathalie
Date de publication (pseudo) : 08/08/07
Type de poème : Tristesse
2996 lectures du poème
1 commentaire
0 vote

Retour
Quand je ne serais plus la
QUAND JE NE SERAI PLUS LÀ, JE VOUDRAIS QUE
TOUS CEUX QUI M'ONT CONNUE SE RAPPELLENT
DE MOI. JE VOUDRAIS QUE L'ÉGLISE SOIT
REMPLIE  D'AMIS ET DE GENS
QUE J'AI AIMÉS CAR JE SAIS QUE
MES ENFANTS AURONT BESOIN D'ÊTRE
ENTOURÉS. JE VOUDRAIS QUE MON
DÉPART NE LAISSE NI VIDE,NI LARMES, MAIS
PLUTOT QU'IL LAISSE DE NOMBREUX SOUVENIRS 
POUR CHAQUN. JE VOUDRAIS
PARTIR ET M'ENVOLER SANS M'INQUIÉTER
DE MES ÊTRE SI CHERS. QUE TOUS CEUX QUI
M'ONT AIMÉS SACHE QUE MA TÂCHE EST BIEN
TERMINÉE SUR CETTE TERRE,QUE MA VIE A ÉTÉ
BIEN REMPLIE.
 
QUAND JE NE SERAI PLUS LÀ,
JE VOUDRAIS POUVOIR RESTER PRÉSENTE
DANS LE COEUR DE CEUX QUI M'AIMENT.
JE VOUDRAIS QUE MON PASSAGE SUR TERRE
 SOIT IMPRÉGNÉ PAR MON SOURIRE
ET MA JOIE DE VIVRE. QUE CHAQUE AUTOMNE,
VOUS PUISIEZ VOUS SOUVENIR QUE J'AIMAIS
CETTE MERVEILLEUSE ET SPLENDIDE SAISON
SI PARTICULIÈRE POUR MOI.
 
QUAND JE NE SERAIS PLUS LÀ,
J'AIMERAIS QUE MES ENFANTS
SE SOUVIENNENT DE LEUR MAMAN
QUI AIMAIT TANT LA VIE.
QU'ILS PUISSENT TROUVER LE COURAGE
D'ACCEPTER MON DÉPART. JE VOUDRAIS
QU'ILS PENSENT  POSITIVEMENT
QUE MON DERNIER VOYAGE SERA MON PLUS BEAU
 ET LE  PLUS HEUREUX.
 
QUAND JE NE SERAI PLUS LÀ,
PARLEZ-MOI ENCORE COMME SI  J'ÉTAIS LÀ.
DITES-MOI ENCORE MAMAN ET JE VOUS
ENTENDRAI. GARDEZ-MOI UNE PLACE DANS
VOTRE COEUR ET JE VOUS AIDERAI
À CONTINUER LA VIE.
 
QUAND JE NE SERAIS PLUS LÀ,
MARCHER TOUT DROIT COMME
JE VOUS AI TOUJOURS DEMANDÉ.
AVANCEZ SUR VOTRE CHEMIN SANS AVOIR ¸
JAMAIS DE REGRET.
 
QUAND JE M'ENVOLERAI POUR L'ÉTERNITÉ,
DITES-VOUS QUE JE VOUS AI AIMÉS
DE TOUT MON COEUR, QUE JE CONTINUERAI
DE VOUS AIMER  TOUJOURS ET MÊME APRÈS.
 
FAITES-MOI VIVRE TOUJOURS
MAIS CETTE FOIS-CI DANS LA PROFONDEUR
DE VOTRE COEUR.
 
QUAND JE NE SERAIS PLUS LÀ,
SACHEZ QUE MON PLUS GRAND BONHEUR
AURA ÉTÉ VOTRE  GRAND AMOUR.
 
QUAND JE NE SERAIS PLUS LÀ,
QUE LA MUSIQUE JOUE LES PLUS BELLES
MÉLODIE DE MA VIE.
 
QUAND SE JOUR ARRIVERA, SÉCHEZ
VOS LARMES PUISQUE LES TRISTESSES
DE LA TERRE SE REFERMERONT À
TOUT JAMAIS POUR MOI, LÀ OU J'IRAI,
IL N'EXISTERA PAS DE LARMES
NI AUCUN CHAGRIN. QUANT  À VOTRE
TOUR, LA MORT VOUS PRENDRA,
ELLE VOUS MÉNERA VERS MOI,
JE VOUS ATTENDRAI POUR NE JAMAIS
CESSER DE VOUS AIMER.
 
CE N'EST QU'UN SIMPLE AU REVOIR
ET NON PAS UN ADIEU, SOYEZ TOUS HEUREUX
 CAR MOI JE LE SERAI.
 
QUAND JE NE SERAI PLUS LÀ, JE SAURAIS
TOUJOURS LÀ.

 

Ecrit par maxime le 08/08/07
serieu c tro bo ,tro emouvan !!

 

- Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans autorisation -
CNIL 1381013
Copyright 2007 - CREAPoemes.com - Tous droits réservés